L'EMDR

 

L'EMDR n'est pas une nouvelle méthode fantaisiste. Son efficacité a été prouvée scientifiquement, notamment par l'imagerie médicale qui permet de voir que le cerveau travaille différemment après une séance. De plus, elle est reconnue par plusieurs organismes internationaux, dont l'Organisation Mondiale de la Santé.

EMDR est l’acronyme de « Eye Movement Desensitization and Reprocessing », ce qui peut se traduire littéralement par « Désensibilisation et reprogrammation par les mouvements des yeux », ou, plutôt par « Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires ».

Cette méthode a été mise au point en 1987, par la psychologue américaine, Francine Shapiro, pour traiter les souffrances et les blocages liés à un stress post-traumatique. C’est le médecin psychiatre David Servan-Schreiber qui l'a ensuite introduite en France.

Francine Shapiro a découvert cette méthode un peu par hasard. Lors d’une promenade, alors qu’elle pense à ses angoisses en regardant des oiseaux, son regard se déplace de droite à gauche doucement. Suite à cela, elle se sent moins angoissée. Elle devine que le mouvement des yeux peut apaiser les angoisses. Elle se rend compte, qu'avec les mouvements des yeux qui suivent un doigt, de droite à gauche, ça marche aussi. Elle mène ensuite plusieurs recherches pour mettre au point l'EMDR.

Les mouvements des yeux à l'origine d'un apaisement évoquent les REM, les mouvements rapides qui surviennent durant le sommeil paradoxal, impliqué dans la mémorisation.

Plusieurs études ont montré que l'EMDR est la méthode thérapeutique la plus efficace pour traiter l'Etat de Stress Post-Traumatique, trouble qui constitue la première indication de l’EMDR. C’est un état durable qui s’installe suite à un choc émotionnel, une agression, une prise d’otage, un attentat, une guerre, un accident, une catastrophe naturelle, un viol, un décès, l'annonce d'une maladie grave, la maltraitance de la part des parents ou d’un pervers narcissique, le harcèlement scolaire...

Les victimes souffrent, essentiellement, d’angoisses sous différentes formes, de somatisations et de dépression.

   

Comment ça marche ?

 

L'état de stress post-traumatique provient du fait que des souvenirs n’ont pas été intégrés, comme c’est le cas normalement à certains moments du sommeil, quand les yeux bougent de droite à gauche. Quand nous dormons, notre cerveau revisite tout ce que nous avons vécu et appris pendant la journée, il trie et classe ce qui est utile et élimine les informations inutiles. Après un choc, il arrive que des souvenirs ne soient pas correctement traités par le cerveau : ils ne sont pas reliés à des souvenirs et des connaissances qui permettraient de leur donner du sens et de dépasser le choc. La charge émotionnelle reste importante et peut perturber considérablement la vie quotidienne de la personne.

L'EMDR permet un retraitement cognitif en agissant sur le TAI, le "traitement adaptatif de l’information" qui n'a pas pu se faire : quand un événement effrayant survient, quand on est sous le choc et qu’on est submergé par ses pensées, ses émotions et ses craintes, l’information n’est pas traitée correctement et tout est stocké en vrac dans la mémoire.

En cas de traumatisme, le cerveau ne parvient pas à faire le traitement adaptatif de l’information. L’événement traumatisant risque alors d’être réactivé plus tard par quelque chose qui rappelle le souvenir de l’événement ou par une situation douloureuse qui n’a rien à voir avec l’événement. Il n’est pas classé dans la mémoire comme un souvenir appartenant au passé, il refait sans cesse irruption dans le présent, comme si la situation de danger existait encore.

L’EMDR permet le retraitement des informations en restaurant les connexions neuronales (et cela se voit en imagerie médicale), pour recréer un lien entre le cerveau émotionnel où est stocké l’événement (le cerveau limbique) et le cortex, la partie du cerveau qui sert à réfléchir, comprendre et donner du sens.

L’EMDR agit sur l'angoisse, la sensation physique qui est reliée à la peur, le sentiment d’insécurité et de culpabilité et sur l’estime de soi. Aujourd’hui, on se rend compte que l’EMDR n’est pas seulement efficace pour prendre en charge les traumatismes, mais aussi toutes les formes d’anxiété, les troubles du comportement alimentaire (anorexie...), les troubles du sommeil et bien d’autres symptômes.

  

Comment se déroulent les séances ?

 

Après un premier travail pour cerner le problème et apprendre quelques techniques de relaxation, le thérapeute commence les séances de "Stimulations Bilatérales Alternées" : pendant que le patient est amené à repenser et à parler de l’événement traumatisant et des émotions négatives qui y sont associées, le thérapeute stimule un côté du corps après l’autre, donc alternativement les deux hémisphères cérébraux, par des stimulations :

* Visuelles : demander au patient de suivre le doigt du thérapeute ou une règle, qui va de droite à gauche.

* Auditives : faire écouter dans un casque un bruit à une oreille puis à l’autre.

* Tactiles : en tapotant un partie du corps à droite puis à gauche.

Les stimulations bilatérales alternées se font par séries de trente à soixante secondes. Une séance dure une à deux heures. Le traitement nécessite une à six séances, rarement plus.

Entre les séances, le patient est invité à écrire toutes ses pensées en rapport avec le traumatisme, ses rêves et ce qui lui paraît différent chez lui depuis la séance précédente. Il doit pouvoir joindre le thérapeute par téléphone.

 

Pour en savoir plus

 

* Le livre du Docteur Christophe MARX « L’EMDR » : http://www.amazon.fr/dp/2212557957/ref=nosim?tag=cg03c-21

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×